Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La vie est une pute parfois

Publié par princessepepette sur 3 Janvier 2014, 17:44pm

Catégories : #moments de vie

 

Je ne crois pas au destin, je ne crois pas que les choses arrivent pour une raison.


Je me contente d'encaisser les coups la tête haute parfois, la tête enfouie dans le sable souvent histoire de laisser passer la tempête. Et puis, j'ai des paravents, tu vois, ça aide. Des amies, ma famille, mon homme. Tous ensemble, ils sont sacrément solides ! Un peu comme la base d'une pyramide. Du stable, du qui bouge pas. Mais force est de constater que malgré sa robustesse une paroi de pyramide n'est pas étanche, pas imperméable aux intempéries.


C'est cette connerie de vent qui tourne, qui s'infiltre, qui s'insinue dans les brèches.

Ces vents qui tourbillonnent et qui forment des tempêtes. Des tempêtes dont on voudrait se protéger, on s'abrite, on se cache mais elle arrache tout sur son passage. Ca paralyse ce genre de rafale surtout quand tu ne l'as pas vue venir.


C'est à dire que des coups, j'en ai pris mais j'étais prête. Je les voyais venir, j'allais même au devant histoire de me sentir vivante. Et puis je me suis calmée, apaisée. Je me suis dit qu'une vie calme, ce serait... reposant...


Et, tout à coup, finies les bourrasques. Ma vie est devenue une rivière calme, pas chiante mais chantante et gambadant dans la prairie. Oui, j'en fais un peu trop là. En  tous cas, une vie confortable.


Tout occupée à mon bonheur égoiste, je ne l'ai pas venue venir cette pute de tempête. Elle a arrachée les fleurs qui poussaient et inondé la prairie, anéantissant toute trace de vie.

Et j'en suis là maintenant, déclarée en état de catastrophe naturelle, essayant d'essorer, de nettoyer, de ranger. Essayant de sauver ce qui peut l'être. Je constate les dégats et je me dis que les travaux vont être considérables. Je me dis que je m'enfouirais bien sous la couette mais qu'elle sent le moisie.

 

Alors quoi? Me relever les manches? Mouais, pas sûre encore d'avoir la force de tout remettre en place. Pas facile de se battre contre soi. Je suis cette rivière et je déborde. C'est moi qui inonde les autres. Je les vois sortir les serpillères, les seaux. Ils tentent de retenir l'eau avec leurs mains nues, leurs bras comme rempart, leur mots comme digue. Mais je déborde trop pour l'instant. Le bruit de mes flots couvrent leurs murmures. Je vais laisser s'écouler le reste du flot et s'assècher l'eau. On verra bien alors ce qu'il y a de récupérable...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pas Celui Que 28/01/2014 07:17


Très joli billet. J'espère que le temps est un peu plus au calme.

princessepepette 28/01/2014 17:32



De belles accalmies en ce moment :)



Lumi Poullaouec 27/01/2014 17:59


:-( Pas très joyeux tout ça mais tellement bien écrit.


Je te souhaite de te remettre très vite ! Courage à toi !

Archives

Nous sommes sociaux !